Le Chiemgauer, retour sur 10 ans d’expérience

La MLC Chiemgauer en Bavière

Retour sur 10 années d’expérience

Vendredi 14 Novembre 2014

Entretien de Christophe Levannier (Chiemgauer) par Nicolas Briet (La Gonette)

logo_chiemgauer                   paysage_chiemgauer

Une équipe de citoyens Lyonnais ont décidé de mettre en place une Monnaie Locale Complémentaire dans la deuxième agglomération française. Dans cette phase de conception de la Gonette, il est essentiel de se documenter sur les expériences des monnaies complémentaires qui ont réussi à atteindre une taille conséquente et à durer dans le temps. C’est clairement le cas du Chiemgauer qui est très souvent cité comme cas d’école dans les réseaux de monnaies complémentaires. Nicolas Briet a pris contact avec Christophe Levannier de l’équipe Chiemgauer, qui parle Français couramment.

Bilan pour leurs 10 ans

1- L’équipe Chiemgauer consiste en une équipe de 15 personnes environ dont 2 ou 3 salariés.
2- Ils ont 629 prestataires, 255 associations, 3 649 membres et 39 comptoirs de change.
3- Ils réussissent à fonctionner malgré le fait qu’ils ne reçoivent aucune aide en argent public.
4- Uniquement des financements de quelques Fondations et autres donateurs parmi leurs membres.
5- Ils ont pu démontrer que le Chiemgauer circule 3 fois plus vite que l’Euro.
6- Ils ont réussi à passer de 10 à 71 % de Chiemgauer retransmis. Cela veut dire qu’ils ont réduit de manière drastique les fuites de Chiemgauer vers l’Euro.
7- Ils ont inventé le concept de cagnotte associative financé par la reconversion. Cette somme s’élève aujourd’hui à 60 000 euros par année reparti sur de nombreuses associations locales. Ce système fut repris par l’Eusko au Pays Basque et partiellement à l’Elef de Chambéry.
8- Ils ont été dans les premiers à mettre en place un système de paiement éléctronique, ce qui a permis de doubler les flux de Chiemgauer. Le fond de réserve est passé 53 000 à 98 000 euros.
9  Le chiffre d’affaire cumulé en Chiemgauer des prestataires est de 7 200 000 chiemgauer pour une masse monétaire en circulation de 520 000 Chiemgauer. Le CA cumulé est donc plus de 10 fois supérieur à la masse monétaire.
L’augmentation observée du chiffre d’affaires individuel des prestataires reste relativement faible.

Ces chiffres sont tirées des statistiques très complètes de la période 2003 – 2013 que vous trouverez, ci dessous, dans leur version simplifié et traduite en Français par nos soins.

Les statistiques du Chiemgauer: Stats_Chiemgauer_francais

Leurs défis

1 – Mieux gérer leur temps

Ils ne trouvent pas beaucoup de temps pour faire le point sur leur fonctionnement et l’amélioration de celui ci. Leur temps est absorbé par la gestion quotidienne de leur monnaie locale.

La gestion des billets prend beaucoup de temps :
– alimenter les comptoirs de change
– récupérer la comptabilité des prestataires
– mettre les timbres aux comptoirs (pour la fonte)

2 – Améliorer leur système de paiements électroniques

Ils ont mis en place une carte magnétique qu’ils peuvent alimenter dans les terminaux des bureaux de change.

Leurs terminaux de paiement sont vieillissant et un peu lourd à gérer. Ils aimeraient basculer sur des systèmes plus légers du genre paiements par smartphones, tablettes, ordinateurs.

Cyclos (utilisé par Eusko et Bristol pound) n’était pas au point à l’époque de leur lancement. Le logiciel qu’ils utilisent a des avantages et des inconvénients.
L’avantage est que c’est simple pour les prestataires car ils utilisent, par contre, des vrais comptes bancaires.
L’inconvénient : si l’Euro ou les banques s’effondrent, le Chiemgauer aussi.

3 – Meilleur gestion des données

Leur banque de données est actuellement sur Microsoft Access. Ils aimeraient basculer vers un CRM (Customer Relationship Management). Ils pourraient ainsi mieux gérer leur relations avec leurs 3600 membres.

4 – Durer dans le temps

Tenir dans la durée est un véritable défi pour une monnaie locale complémentaire.

En 2006, il y avait beaucoup de MLC en Allemagne appelées Regiogeld. Il y en avait près de 70. Il n’en reste aujourd’hui que très peu, le Chiemgauer et quelques autres plus petites. Il est donc sage de mieux comprendre les difficultés rencontrées par celles ci et d’en tirer un enseignement.

chiemgauer2

Conclusion :

L’expérience du Chiemgauer aura permis à toute la communauté des monnaies complémentaires de collecter des données et statistiques exceptionnelles précieuses en cette phase de recherche de modèle pour les monnaies locales.

Nous leur avons parlé de notre envie d’organiser en Rhône Alpes une rencontre sur les monnaies complémentaires. Ce genre de rencontre sont importante pour permettre des partages d’expériences de terrain, mais aussi pour tisser des collaborations qui renforcent les acteurs. Il aime l’idée et serait intéressé de venir y participer si les dates sont compatibles.

Les commentaires sont fermés.