Satisfaction générale

La Gonette rêve l’année 2016


Rêve du Dragon 2016 de la Gonette

20160109_180736


Petit aperçu

Et vous, de quoi rêveriez-vous idéalement, dans ce contexte de transition sociétale pour que la Gonette réponde pleinement en 2016 à ses enjeux, les défis qu’elle soulève, et pour la voir se déployer de manière spectaculaire et émerveillante ?

Voici l’inspiration qui a poussé 29 membres de l’équipe cœur de la Gonette tel un bon vent, tout au long du week-end du 9-10 janvier, dans une ambiance joyeuse, festive et vivifiante, à se rassembler pour rêver et planifier l’année 2016 qui démarre. Ils utilisent cette année encore, une méthode collaborative australienne au nom digne d’un roman de chevalerie : le « Rêve du Dragon ».

itinéraire

Une année vivifiante en perspective !

Le plus extraordinaire n’était pas en fait notre rêve, mais qu’à la fin du week-end tous nos objectifs aient été clairement identifiés et que toutes les actions correspondantes étaient maintenant posées dans un éventail de couleurs vives : il ne nous restait plus qu’à nous organiser pour célébrer l’accomplissement de notre rêve collectif dans la joie du travail bien accompli, fin 2016 !

En ce matin du samedi 9 janvier 2016, nous avions rejoint le CEDRATS (Centre de ressources sur les alternatives sociales) sur les pentes de la Croix-Rousse, la fine fleur de l’enthousiasme aux dents, avec l’envie profonde de tracer le chemin pour 2016.

Comme nous l’avait fait remarquer Nicolas en préambule des séances du week-end, non seulement presque tout ce qui avait été rêvé l’année dernière avait été accompli mais en plus, presque exactement dans les temps prévus… Oui, nous étions des « bons » !

Vous trouverez ici les détails du processus suivi.

20160109_180304


Un rêve et des énergies

Alors quid, plus exactement, de cette méthode et de ce week-end ?

Cette méthode nous arrive directement des aborigènes d’Australie. Il s’agit en peu de temps d’aller à l’essentiel, de laisser émerger ce qui est encore en sommeil en nous, de le guider pour qu’il se place avec fluidité et pragmatisme, sans le contrarier, afin qu’il donne toute sa pleine puissance et efficience. En somme il s’agit de retrouver notre pouvoir de créateurs et de réapprendre à jouer pour construire nos équipages. Le processus de cette conduite de projet nécessite au moins deux facilitateurs férus de cette méthode. Nous avons la chance d’en avoir 4 (Pascal Castelle, Julien Berlusconi, Nicolas Briet et Florence Le Nulzec) dont 3 ce week-end là.

Le moyen pour être efficace ? Suivre cette préconisation : restons ouverts, acceptons le chaos, laissons émerger ce qui ne sera plus qu’à formaliser, soyons prêts à affronter nos dragons et à y puiser de nouvelles énergies.

Enfin, ce fut un jeu d’enfants de poursuivre ce travail d’ouverture de coffres à la recherche des pépites encore enfermées pour sortir des enjeux, des objectifs et les actions qui en découlent…et de permettre aux futurs membres de se placer dans le groupe de leur choix.

Ces moments ponctués, orchestrés par des animations mobilisant tous nos sens et neurones, après avoir fait les « piou-piou » et pris notre cure de jouvence, au bain énergétique du groupe, nous avons repris nos baguettes de chefs d’orchestre et priorisé nos objectifs, identifié les porteurs d’action.

Sans quasiment nous en rendre compte, notre plan d’actions sortait du bain révélateur et allait prendre peu à peu toutes ses couleurs : le voici en verbes et en actions !

20160109_192350

 

Nos résultats et nos dragons en marche à l’issue de ce week-end

Avant de restituer à l’ensemble du groupe nos impressions, un petit tour des 25 participants et des 3 facilitateurs permirent à chacun d’annoncer son souhait d’implication pour faire vivre le mouvement initié et le nombre d’heures hebdomadaires qu’il pensait dégager pour cela.

Si Gandhi par la voix de Julien avait rappelé : « Tout ce que tu feras sera dérisoire, mais il est essentiel que tu le fasses », il nous sembla à ce moment précis que nous prenions place dans un mouvement aux enjeux encore plus vastes et que nous n’œuvrions pas en vain.

20160110_154847

 

Quelques mots enfin des participants

« Je repars serein, avec un grand beau temps et ciel bleu dans la tête et le corps… »

« Moi, à l’issue de ce week-end je déborde d’énergie que j’ai bien du mal à canaliser ! Je me sens de plus ne plus connectée au projet et repars avec l’élan de poursuivre. »

« J’ai adoré les temps de chauffe au début et repars avec l’énergie de continuer ainsi que de travailler sur un autre groupe car cela facilite le recul. »

« Je suis contente. Il y a une belle énergie collective qui est suffisamment forte pour surmonter les obstacles qui se poseront forcément. »

« Ce qui a été réalisé cette année a été exceptionnel ! Quel bonheur d’avoir retrouvé le groupe et cette dynamique et bienveillance. »

« Chacun a donné beaucoup de lui-même et pourtant la fatigue ne se fait pas sentir ! »

« Le groupe m’a donné de l’énergie même si j’ai puisé dans mon énergie pour animer. J’ai senti l’impact de votre engagement lors des tensions. Il y a un énorme potentiel de l’équipe, déjà bien ancré. Ce qui a été produit en 2 jours s’effectue en général en plusieurs semaines. Le travail accompli est très dense et ce qui peut encore y manquer s’y rattachera de lui-même aisément. »

 

Nous vous espérons très nombreux à venir renforcer ce bel élan par le vôtre !

20160109_180311

Par Laurence Antonioli

 

  1. « Et vous, de quoi reveriez-vous idealement, dans ce contexte de transition societale, pour que la Gonette reponde pleinement en 2016 a ses enjeux, aux defis qu’elle souleve, et pour la voir se deployer de maniere spectaculaire et emerveillante ? « 

Les commentaires sont fermés.